Mythologie Amérindienne

 

 


Le premier englobe les mythes relatifs à la création, qui décrivent l'origine du cosmos et la corrélation entre ses divers éléments. On trouve ici le mythe du Plongeur terrestre, selon lequel le Grand Esprit ou encore le Transformeur plonge ou ordonne aux autres animaux de plonger dans des eaux originelles pour en retirer de la boue avec laquelle il fabrique la Terre.

Les mythes du Décepteur (Trickster) qui représentent souvent, mais pas toujours, le Transformeur sous les traits d'un personnage comique qui vole la lumière, le feu, l'eau, la nourriture, les animaux ou même l'humanité et les perd ensuite ou les lance à l'aventure pour qu'ils créent le monde tel qu'il est aujourd'hui (un Corbeau chez les Nuxalks, les Tsimshians et les Haidas; un lièvre, Nanabozo ou Nanabush, chez les Ojibwés; une grenouille dans le Plateau colombien; un coyote chez les Pieds-Noirs).

Les mythes relatifs au Héros Culturel dans lesquels le Transformeur apparaît sous les traits d'un être humain doté de pouvoirs surnaturels, qui amène le monde à son état actuel grâce à des exploits héroïques (le Glooscap des Micmacs, des Malécites et des Abénakis).

Dans les sociétés qui ont pratiqué l'agriculture à un moment ou à un autre de leur histoire, les Indiens d'Amérique du Nord étaient très près de la nature probablement plus proches que n'importe quelle autre civilisation. Plusieurs groupes croient en l'existence d'un Grand Esprit ou d'un Grand Mystère supérieur (le Wakan Tanka des sociétés des Plaines et le Kitchi Manitou des Algonquins de l'Est). En général, cette puissance ou ce mystère surnaturel, est potentiellement bénéfique, mais il peut devenir dangereux s'il est traité avec insouciance ou irrévérence.

Le monde des Indiens n'était pas uniquement habité par des hommes ou des animaux, mais aussi par une force magique invisible qui résidait dans chaque aspect de la nature (minéral, végétal ou animal). Souvent cette force magique prenait la forme d'esprits associés à certains animaux ou végétaux. C'est pourquoi la plupart des divinités amérindiennes sont associées à un aspect particulier de la nature, comme un animal, ou une force naturelle comme une saison ou un phénomène climatique.

La plupart des tribus croyaient en un Monde Supérieur, où les plus grands esprits résidaient.

Dans certaines tribus, les Indiens croyaient que le Monde Supérieur contenait des images qui descendaient sur le monde physique pour devenir des hommes, alors que dans d'autres, ils pensaient que les premiers hommes avaient rampé pour sortir des cavernes profondes du Monde Inférieur. Il y avait aussi un Monde Inférieur, où (dans de nombreux cas) l'âme des morts résidait pour l'éternité.

Il y a aussi la légende Algonquine, d'un homme venu sur une nuée au dessus des arbres, un homme de couleur pâle, avec des plaies dans les mains qui se mit à enseigner qu'il voyageait depuis longtemps pour dire aux hommes qu'il fallait qu'ils soient bons avec chacun et avec Mère Terre. Qu'il était le lien unique avec le Créateur.