Le Cèdre

 

Eastern red cedar tree l l

 

Cèdre (Thuya) du Québec pour mélanger avec les herbes sacrées ou faire des remèdes

 

Le Cèdre qu'utilisaient les Amérindiens et que nous nommons toujours ainsi au Québec, n'est pas du tout un Cèdre de la famille des Pinacées. Le Cèdre tel que nommé ainsi au Québec, est en fait le Thuya occidentalis un conifère de la famille des Cupressacées. L'utilisation du terme peut donc porter à confusion. L'appellation du Cèdre pour désigner le Thuya est toujours très courante à ce jour.

On appelle aussi le Thuya occidentalis Cèdre blanc, Thuya du Canada ou de l'est.

Aux yeux de bien des peuples, le Cèdre, arbre obstiné et résistant, était la demeure de la divinité du tonnerre et la plus sacrée de toutes les plantes. Au début des conseils et des rites tribaux, on jette des épines de bois de Cèdre en guise d'encens sur le feu et les amérindiens remplissent leurs pipes sacrées et rejettent la fumée odorante en offrande aux six directions de leur osmogonie. Dans l'Égypte ancienne, on se servait de l'huile de cèdre pour embaumer le corps des défunts.

On utilise le Cèdre pour la purification des lieux, car  cela chausse les mauvais esprits pour amener la bonne entente. Le Cèdre à la réputation d'amener sur son passage des énergies bienfaisantes permettant ainsi de créer une bonne harmonie. En plus de chasser les mauvais esprits, le Cèdre a la réputation de chasser les cauchemars et on en met ainsi dans les endroits ou les gens dorment.

Herbe grandement sacrée, le Cèdre était offert en offrande aux esprits. Une croyance disait que lorsque le Cèdre est jeté au feu et qu'il crépite, c'est que les Dieux ont bien reçu l'offrande qui leur était destinée et que le message a été entendu. Cette herbe entrait aussi dans la composition des tentes de sudation « sweetlodge ».

Au niveau de la santé, les Amérindiens utilisaient aussi ce conifère à des fins de guérison. Entre autres, le Cèdre servait à guérir le scorbut, car la plante est riche en vitamine C.

pour soigner la fièvre, les maux de tête, la toux et les douleurs rhumatismales. Depuis bien des siècles, on l'utilise contre les bronchites, les rhumatismes et le cancer de l'utérus, mais aussi pour combattre les effets secondaires provoqués par la vaccination antivariolique.

Le cèdre  est conseillé aussi bien en usage interne qu'externe contre les verrues et les polypes. Doté d'une activité antivirale, il contribuerait également au traitement des tumeurs, notamment celles de l'utérus. Recommandé contre les sécrétions abondantes, il soigne les bronchites aigües. On le prescrit aussi en cas de retard menstruel, mais il est déconseillé en cas de règles abondantes.

Diurétique, le cèdre soigne les cystites et l'énurésie (pipi au lit) chez l'enfant. Anti-inflammatoire, analgésique et décontractant, l'extrait de cette plante peut être appliqué sur les articulations ou les muscles douloureux.

Attention: N'utiliser que sous contrôle médical (l'huile essentielle). Déconseillé pendant la grossesse ou l'allaitement. Ne pas consommer plus d'une tasse par jour.

Constituants principaux: Thuyones, cires, mucilage, tanins et flavonoïdes.